L'Echo des anges n° 668 - Jeûner pour se rapprocher de Dieu

  • La Marie des Anges

Jeûner, pour se rapprocher de Dieu

« Le jeûne est l'une des formes de pénitence que l'Eglise suggère pendant le temps du Carême. Il consiste à prendre de la nourriture avec une sobriété particulière, sans pour autant retirer ce qui est nécessaire à l'organisme. 

Il s'agit d'une forme traditionnelle de pénitence, qui n'a aucunement perdu sa valeur, et qui est même à redécouvrir, surtout dans les milieux et les régions du monde où non seulement la nourriture surabonde, mais où l'on se rend malade d'hyper-alimentation. 

Le jeûne pénitentiel est bien différent de la diète thérapeutique. Mais on peut le considérer, à sa manière, comme une thérapie de l'âme. La pratique du jeûne en signe de conversion facilite l'engagement intérieur à se mettre à l'écoute de Dieu. Jeûner, c'est se réaffirmer ce que Jésus a répondu à Satan qui Le tentait, au terme des quarante jours de jeûne : "Ce n'est pas de pain seul que vivra l'homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Mt 4, 4) [...]. » 

Jean-Paul II, Carême 1996

 

"On transformera ses défauts, aussi bien psychiques que sociaux,

en actes généreux et empreints d'amour, mus par la joie spirituelle,

la vitalité et la bonté envers ses semblables."

Sainte Hildegarde

 

Chez nous, depuis toujours, le temps du Carême est aussi, en plus du jeûne en tout point (pas seulement alimentaire), un temps où l'on fait le ménage de nos placards. Nous commençons donc le Carême, en terminant les "vieilles" boîtes et les "vieux" sachets... Et puis, nous dressons une petite liste de denrées que nous n'achèterons plus jusqu'à Pâques (ce qui évite les petits craquages)...

Au petit déjeuner, il n'y a pas d'autre choix que du pain (bis de préférence) et d'un unique pot de confiture(d'ordinaire, il peut y avoir beurre et régulièrement deux pots de confiture au choix). Le mercredi des Cendres et chaque vendredi de Carême, nous ne suggérons que le pain. Libre à chacun de faire ou non ce petit sacrifice.

Idem pour le goûter, avec la traditionnelle barre de chocolat qui a disparu (puisqu'on en n'achète plus), remplacée par de la confiture si l'on veut, mais qui peut aussi être déclinée.

Nous proposons d'éviter de sucrer les boissons chaudes.

Chaque fois qu'un petit sacrifice de cet ordre est fait, l'on peut mettre une perle de couleur dans un bocal. Les perles, selon leur couleur, ont une valeur "monétaire". A la fin du Carême, nous faisons les comptes et offrons une ou plusieurs messes dites aux intentions de proches et réglées aux abbés de la paroisse avec le "fruit" de nos petits "sacrifices".

Et depuis deux ans, nos enfants grandissant, nous suivons le Carême grec, proposé par les abbés (aucun aliment d'origine animale) !!!! C'est une expérience formidable mais pas toujours facile à mettre en application, surtout quand il faut trouver des idées de menus.

Quelques amies m'ont demandé de transposer ici quelques-unes de mes recettes & trouvailles, glanées dans des livres, anciens ou récents, ou bien sur la toile. Que pouvons-nous donc nous mettre sous la dent en cette période ?

- Beaucoup de légumes et de fruits, des légumineuses (source de protéines idéale), des pâtes semi-complètes et du riz semi-complet (plus long à cuire mais plus digeste et donc plus nourrissant).

- Des crudités cuites (betteraves, fenouil) assaisonnées avec des graines de sésame et de lin...

- Des céréales telles le Boulgour, le Quinoa, la semoule de blé complète...

- Des fruits secs tels le raisin, les amandes (source de calcium)... 

- Du pain d'épeautre, du pain des fleurs, de la farine d'épeautre, de sarrazin et de châtaigne.

- Viande, lait, fromage, oeufs et beurre sont évités (sauf le dimanche pour la viande).

- Les infusions remplacent le café (ou alors café d'épeautre).

J'imagine certaines lectrices se gaussant devant leur écran, d'autres se lamentant et plaignant nos "pauvres enfants",  certaines imaginant la tête de nos affamés, quelques-unes convaincues que le budget explose les compteurs et d'autres encore se persuadant qu'un tel programme est irréalisable !

Que nenni, il n'en est rien...Il faut juste changer la façon de faire ses courses.

Ces prochains jours, je révèlerai mes petites trouvailles (et peut-etre quelques-unes des raisons qui m'ont amenée à les chercher) et vous constaterez, objectivement, que "l'affaire est jouable"...

Mais promis, je vous remettrai également en ligne une douzaine de recettes dites de "carême" (qui requièrent oeufs, lait et fromage).

NB : afin de ne pas inonder vos boîtes, il n'y aura pas de newsletter pour annoncer les prochains articles qui aborderont ce sujet. Il faudra venir vous promener par ici de votre plein gré.